Isolant naturel au mur

Les isolants biosourcés

Par L’équipe de rédaction

Il existe de multiples isolants sur le marché : les laines minérales, les isolants synthétiques, ceux d’origine animale ou encore végétale… Si la laine de verre reste largement majoritaire de nos jours, les isolants dits « biosourcés » deviennent de plus en plus attractifs pour le grand public

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Qu’est-ce qu’un isolant biosourcé ?

Un isolant biosourcé est un matériau issu de la biomasse végétale ou animale. Cela regroupe donc tous les co-produits de l’agriculture et de l’industrie du bois tels que le chanvre, le lin, la paille, les fibres de bois, le liège expansé ou encore la laine de mouton. On peut également ajouter la ouate de cellulose, un produit issu de la transformation du bois. L’ensemble de ces matériaux provient de filières de recyclage et sont donc considérés comme ayant un faible impact environnemental.

 

Un autre atout de ces isolants et leur aspect renouvelable puisqu’ils sont à base de matières principalement naturelles. L’énergie grise de ces matériaux est plus faible, contrairement aux isolants synthétiques par exemple qui, comme leur nom l’indique, sont des produits de synthèse entièrement fabriqués pour l’isolation. Prenons l’exemple de la ouate de cellulose, son énergie grise est 30 fois plus faible que celle du polyuréthane.

 

De plus, la fin de vie de ces matériaux est souvent plus facile à gérer que celle des isolants synthétiques ou minéraux car ils peuvent être recyclés ou valorisés pour de nouvelles applications. La paille par exemple peut être aisément transformée en compost lorsqu’elle est retirée d’un logement.

Les performances des isolants biosourcés

Les isolants biosourcés ont de bonnes performances thermiques, notamment grâce à leur capacité hygrométrique qui permet une bonne régulation de la température et de l’humidité à la frontière intérieur/extérieur.

 

Certains d’entre eux apportent également un déphasage thermique important. C’est notamment le cas de la ouate de cellulose, du chanvre ou encore du liège expansé. Ils sont ainsi capables de freiner les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur d’un logement, très pratique pour éviter les pics de chaleur en été et les vagues de froid en hiver.

Des isolants encore très chers

Malgré leurs performances thermiques et acoustiques et leurs atouts écologiques, les isolants biosourcés représentent très peu sur le marché de l’isolation. Ceci s’explique par un approvisionnement restreint et donc un coût élevé. En effet, des matériaux comme la laine de mouton ne peuvent pas être produits en grande quantité, ce qui augmente automatiquement leur prix de vente.  Ils sont ainsi bien plus chers que le polystyrène ou la laine de verre, qui sont les isolants les plus utilisés, aussi bien pour les isolations intérieures qu’extérieures.

Couple âgé

Le saviez-vous ?

Vos travaux d'isolation des murs, des combles et des planchers bas sont éligibles à plusieurs aides écologiques!

Couple âgé

L’équipe de rédaction