Sonde gestionnaire de chauffage

Comment réduire vraiment sa facture de chauffage

Les impératifs écologiques imposent de réduire les consommations d’énergie, pour préserver le futur de la planète. Il s’agit là d’une intention louable, pour les générations à venir. Mais la situation économique actuelle et l’état des finances du quidam moyen incite de manière bien plus impérative et urgente, à étudier tous les moyens permettant de réduire la charge financière que représentent les factures de chauffage. Les points analysés plus-avant vont en permettre la mise en pratique. 

Le premier impératif : isoler l’ensemble du logement

De même que l’on se couvre chaudement lorsque l’on sort en hiver, pour éviter les pertes de chaleur corporelle, il est impératif d’isoler l’enveloppe du logement. Il existe deux catégories de travaux d’isolation de l’enveloppe de la maison d’un côté, on a l’isolation des parois opaques (catégorie qui inclue ; l’isolation de la toiture, l’isolation des planchers et l’isolation des murs), et l’isolation des parois vitrées (catégorie qui inclue l’isolation des fenêtres, l’isolation des baies vitrées, celles des fenêtres de toit, des portes fenêtres etc.)

 

L’isolation de la toiture

 

Cette dernière étant l’élément qui entraine le plus de déperdition de chaleur (l’air chaud monte), elle devra être traitée en priorité. Si les combles sont habitables, il faudra isoler l’intérieur de la toiture. Dans le cas de combles perdus l’isolant sera posé sur le plancher. Sans oublier de traiter convenablement les raccordements avec les murs extérieurs, de manière à éviter les ponts thermiques.

 

L’isolation des murs et planchers

 

Selon que l’on soit en maison individuelle ou en appartement, elle se fera de deux manières différentes.

 

  • Soit par l’intérieur en n’omettant pas les planchers, toujours dans le but d’éviter les ponts thermiques.
  • Soit en enveloppant l’ensemble des murs extérieurs par un isolant, recouvert d’une protection mécanique et d’un apprêt de finition. La maison (ou l’immeuble) sera en quelque sorte, enfermée dans une « boîte étanche isolante ».

 

L’isolation des fenêtres

 

Celles-ci doivent posséder au minimum un double vitrage et un encadrement avec rupture de ponts thermiques. Dans les zones particulièrement froides, c’est le triple vitrage qui va s’imposer. Enfin il convient de ne pas oublier les volets extérieurs (de préférence des volets roulants)  qui serviront aussi bien à protéger votre demeure des intrusions qu’à renforcer le pouvoir d’isolation de vos parois vitrées.

Second impératif : Entretenir ou changer son chauffage

Il existe une grande variété de systèmes de chauffage, qui possèdent chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Ceux-ci sont fonction du confort d’usage que l’on en attend, des contraintes techniques du domicile (maison individuelle ou appartement), mais surtout du prix que l’on va payer les combustibles qu’ils utilisent pour fonctionner.

 

Tableau comparatif du coût des énergies de chauffage

 

Type d'énergie

Prix du kW/h

Bois déchiqueté

▇▇ 0,027 €/kWh

Bois en buches

▇▇▇ 0,036 €/kWh

Bois en granulés

▇▇▇▇▇▇ 0,065 €/kWh

Gaz naturel

▇▇▇▇▇▇▇ 0,073 €/kWh

Fioul domestique

▇▇▇▇▇▇▇▇ 0,078 €/kWh

Gaz propane

▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇ 0,13 €/kWh

Électricité

▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇▇ 0,16€/kWh

 

Plus concrètement, il est impératif d’entretenir l’ensemble des éléments de chauffage, ou de le faire faire par un professionnel.

 

Plus concrètement, il est impératif d’entretenir l’ensemble des éléments de chauffage, ou de le faire faire par un professionnel.

 

  • Dépoussiérer les radiateurs régulièrement et les purger de l’air qui peut s’accumuler en partie haute. Le faire au moins de la vis sur le côté opposé au robinet.
  • Faire nettoyer tous les ans sa chaudière par un professionnel. Il s’agit là d’une obligation légale.
  • Qu’ils soient électrique ou à chaudière, ne jamais couvrir les radiateurs.
  • Ne pas hésiter à changer sa chaudière vieillissante pour une chaudière  à condensation. Grâce aux aides et subvention tels que le Crédit d’impôt ou les Primes Énergie le coût en est nettement réduit. 

 

Il est aussi possible d’opter pour une pompe à chaleur ou un chauffe-eau solaire.

 

  • Pour les heureux propriétaires d’une cheminée, si celle-ci est encore à foyer ouvert, il ne faut pas hésiter à installer un insert qui peut chauffer plusieurs pièces. Il faut savoir qu’un foyer ouvert ne possède qu’un rendement énergétique de 10 %, alors qu’un insert voit son rendement s’élever de 60 à 80 %.

Le trop est l’ennemi du bien

Chauffer l’ensemble du domicile jour et nuit, revient à jeter son argent par les fenêtres. Ou si l’on préfère dans la cheminée. Seules les pièces à vivre que sont : le salon, la salle à manger, le bureau et éventuellement la chambre des enfants, ont besoin d’être chauffées raisonnablement. Qu’entend-on par raisonnablement, diront certains ? 20° C est une température agréable, qui évite de transpirer tout en étant à l’aise.

 

Pour autant que l’on laisse les portes ouvertes, les chambres n’ont pas besoin d’être chauffées. En ce qui concerne la salle de bain, l’idéal est d’installer un radiateur/sèche-serviettes électrique.

Les petits plus malins

Pris globalement ils constituent un apport non négligeable aux économies d’énergie et par là même à la diminution des factures de chauffage.

 

  • L’installation de robinets thermostatiques sur les radiateurs permet de réaliser 10 à 20 % d’économie. Leur coût est négligeable (± 20 €), eu égard au service rendu.
  • Il en va de même pour l’installation d’un thermostat d’ambiance programmable, ou mieux connecté à son smartphone. Dans ce cas il est possible de piloter le chauffage de son bureau avant le retour.
  • L’hiver dès la nuit tombée, il faut fermer les volets complètement, car ils constituent une protection supplémentaire.
  • Les canalisations d’eau chaudes non calorifugées, constituent une perte importante de calories. Leur protection au moyen de manchons isolants rentre dans le cadre les travaux subventionnés.
  • Enfin il ne faut pas hésiter à mettre en concurrence son fournisseur d’énergie et à en changer si l’on trouve moins chers. Les prix peuvent varier dans une fourchette de 10 % entre les distributeurs.

 

Les conseils qui précèdent, pris dans leur ensemble, peuvent générer d’importantes économies sur le long terme. D’autre part de nombreuses aides existent qui limitent fortement l’investissement initial lors de travaux ou pour une amélioration des moyens de chauffage.