Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 9h à 18h

Service gratuit + prix appel

Installer une éolienne verticale chez soi

Par L’équipe de rédaction

L’énergie éolienne est écologique car elle se base sur une ressource renouvelable, au contraire des énergies fossiles. Ainsi vous êtes peut-être tenté d’en installer une chez vous. Mais les éoliennes classiques sont encombrantes, bruyantes et ont besoin d’un vent fort pour fonctionner. L’éolienne verticale pallie ces inconvénients… pour un rendement moindre. Explications.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Éolienne horizontale versus éolienne verticale

Il existe aujourd’hui deux grandes catégories d’éoliennes : les modèles horizontaux et les modèles verticaux.

 

  • L’éolienne horizontale : c’est le modèle le plus répandu et le plus familier. Les pales en hélice sont accrochées à un axe horizontal, qui entraine le générateur situé dans le prolongement. Elles font donc face au vent. Ce procédé offre le meilleur rendement mais s’active dès qu’il y a des vents forts. Elle équipe la majeure partie des foyers français et des parcs éoliens.
  • L’éolienne verticale : C’est un modèle assez récent. Les pales tournent autour d’une tige verticale. Elles captent ainsi des vents plus faibles et fonctionnent donc de manière plus régulière. L’inconvénient est le rendement plus faible. Elle présente deux autres atouts cependant :
    • Elle occupe moins de place et s’intègre parfaitement en ville
    • Le générateur est situé en bas, au pied du mât, permettant un entretien plus aisé

 

Dans les deux cas, le générateur est relié à une batterie qui stocke l’électricité produite. En effet, à moins d’avoir du vent toute l’année avec une puissance suffisante, la rotation de l’hélice ne sera pas suffisante pour couvrir la consommation instantanée. Avec à la clé des mini-coupures de courant.

Plusieurs types d’éoliennes verticales

Plusieurs types d’éoliennes verticales sont disponibles. Ils ne répondent pas aux mêmes objectifs.

 

  • Type Darrieus : il utilise un rotor évidé (hélicoïdal, H ou cylindrique) à la place des pales. Il fonctionne avec des vents jusqu’à 220 km/h. Le démarrage est rendu difficile par le poids du rotor sur le stator.
  • Type Savonius : au moins deux demi-cylindres, installés de manière légèrement désaxée l'un par rapport à l'autre, tournent autour d’un axe vertical. Le vent s’engouffre dans l'un des demi-cylindres et le pousse. Ensuite, grâce au désaxement des parois, le vent continue sa course dans l’autre demi-cylindre, qu’il pousse à son tour.
  • À voilure tournante : quatre pales verticales sont reliées à des bras horizontaux. L’ensemble pivote sous l’effet du vent et, à la manière d’une voile de bateau, s’adapte à l’orientation du vent.
Artisan poignée de main

Quel est le prix d'une éolienne verticale ?

Vous n'arrivez pas à estimer le coût d'achat de votre éolienne verticale ? Calculeo met à votre disposition jusqu'à 5 devis gratuits, sans aucun engagement de votre part.

Artisan poignée de main

Un coût élevé

L’éolienne verticale réduit la consommation électrique sur le réseau et la consommation d’énergies fossiles. Par contre, son faible rendement la rend peut intéressante au rachat d’électricité par les fournisseurs.

 

Le tarif de rachat est fixé à 0.082 € / kWh pendant 10 ans puis entre 0,028 et 0,082 € / kWh pendant 5 ans. C’est moins que le prix de l’électricité achetée (15 c€ / kWh environ). À titre de comparaison, le tarif de rachat de l’électricité produite par le solaire est de 0,3159 € / kWh.

 

Pour être rentable, il vaut mieux consommer toute son électricité et le cas échéant acheter l’électricité manquante. Et si vous êtes autosuffisant et que votre éolienne est excédentaire, la somme récupérée ne sera pas mirobolante.

 

Il faut mettre ce coût en regard de l’investissement conséquent. En effet, le coût varie entre 2 500 et 4 000 € pour 1kW. Pour un foyer consommant 4 kW, cela induit 16 000 € de travaux.

 

Ainsi, une éolienne seule s’avère difficilement rentable. Cependant, il peut être intéressant de la coupler avec un panneau solaire photovoltaïque qui produirait de l’électricité en journée, et laisserait la place à l’éolienne la nuit pour bénéficier du vent. Cela permettrait d’allonger la durée de vie des installations mais également d’économiser sur le remplacement de la batterie, onéreuse.

Dimensionnement & installation

Pour choisir son éolienne verticale, il faut prendre en compte différents critères :

 

  • La force du vent : vitesse, fréquence et orientation
  • La structure et le plan de la maison : autorisent-ils un placement sur le toit ? Sinon, il y a-t-il suffisamment de place sur le terrain ?
  • La puissance électrique nécessaire pour alimenter le logement
  • L’arbitrage énergie principale ou secondaire (utilisation ou non en complément d’EDF)

 

Il est conseillé d’installer les pales en hauteur (toit, au sommet d’un mât) car le vent y est plus important. Plus l’espace est dégagé autour, plus l’éolienne captera de vent. Il faut donc bien réfléchir à l’emplacement et éviter autant que faire ce peut la présence d’obstacles (arbres, bâtiments, haies…).

 

Une éolienne de moins de 12 mètres (hauteur du mât entre le sol et la nacelle) peut être implantée sans autorisation ni permis de construire. Par contre, les règles d’urbanisme en vigueur localement doivent être respectées : distances par rapport aux bâtiments voisins, hauteur, aspect esthétique etc.

 

Une éolienne de plus de 12 mètres de haut est soumise à l’obtention d’un permis de construire. Se renseigner en mairie.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction