Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

L'énergie biomasse

Par L’équipe de rédaction

L'énergie biomasse présente un très fort potentiel de développement. Lorsqu'elle utilise des déchets organiques, le bénéfice est double : réduction des déchets et utilisation d’une énergie non fossile. En outre les équipements de chauffage fonctionnant à base d’énergie biomasse sont éligibles à plusieurs aides écologiques pouvant réduire de plus de 60% leur coût d’acquisition.

 

Profitez de 1000€ supplémentaires pour votre chaudière bois !

Je calcule mes aides

Simulation gratuite en 2 minutes

Comment fonctionne la biomasse ?

Il s’agit de transformer des matières organiques, d'origine végétale ou animale, en énergie. Les produits de base les plus fréquemment utilisés à l’heure actuelle sont de nature gazeuse (biogaz issu des anciennes décharges publiques), liquide (alcools issus de végétaux, huile) ou solide (paille, bois et ses dérivés). De nombreuses pistes restent à explorer car la transformation de la biomasse en énergie à grande échelle n’en est encore qu’à ses débuts. De nombreux déchets pourraient être utilisés à cette fin.

 

En fonction des matières utilisées et de la méthode de traitement, on peut utiliser l’énergie produite par la biomasse de différentes façons : chauffage, électricité, carburant. EDF estime qu’on utilise actuellement à peine le quart des possibilités existantes.

 

La biomasse est particulièrement adaptée à la cogénération, c’est-à-dire la production d’électricité combinée à la production de chaleur. Les fumées des centrales sont filtrées avant d’être rejetées dans l’atmosphère, ce qui est primordial car elles contiennent de nombreux polluants et gaz à effet de serre. La cogénération est très intéressante puisque le rendement d’une centrale est de 60 à 90%, alors qu’il ne serait que de 25% pour la seule production d’électricité. A l’origine réservée aux installations industrielles, la cogénération est maintenant proposée aux particuliers.

Quel est l’intérêt écologique de la biomasse ?

La difficulté à l’heure actuelle pour évaluer l’intérêt de l'énergie biomasse est que celle-ci englobe des concepts et des utilisations très différentes. Couper du bois pour cuisiner ou mettre de l’éthanol dans son réservoir sont deux façons d’utiliser la biomasse mais ne sont, bien sûr, pas comparables.

 

Le bilan écologique de la biomasse à partir des végétaux est en principe neutre puisque le CO2 dégagé au moment de la combustion est compensé par le CO2 stocké lors de la croissance des matières premières.

L’utilisation des biocarburants reste sujet à controverse car ils consomment des ressources qui pourraient être utilisées à d’autres fins, pour l’alimentation notamment. Les biocarburants produits à partir de miscanthus ou de microalgues devraient être beaucoup plus intéressants que les carburants actuels.

 

La récupération du biogaz permet de limiter les émissions de méthane, gaz fortement incriminé dans le réchauffement climatique.

Pour les installations domestiques, de type chaudière ou poêle à granulés, il faut veiller à ce que le rendement de l'installation soit intéressant et que les rejets de gaz nocifs soient limités. Les cendres issues de la combustion peuvent être utilisées comme fertilisant, sous conditions.

Combien coûte la biomasse ?

Le rendement calorifique de la biomasse est très variable suivant la ressource utilisée. Ce rendement est généralement calculé en mégajoules par kilo (MJ/kg). Avec des résidus urbains ou d’exploitations de type canne à sucre, le rendement est de 7,77 MJ/kg contre 14 à 17 MJ/kg pour le bois et 42 MJ/kg pour le fioul domestique.

Le rendement du bois et de ses dérivés est très variable suivant le taux d’humidité, ce qui rend les comparaisons difficiles, mais les factures globales pour les particuliers sont souvent deux à trois fois moins élevées qu’avec du fuel ou du gaz. La création de filières locales permet de réduire les coûts d’approvisionnement et de garantir une certaine stabilité des prix. Les combustibles aux normes NF sont de meilleure qualité.

 


Quelques prix indicatifs pour les matériels de chauffage :

 

  • poêle à bois classique : de 400 à 1500 €
  • poêle à granulés : 1500 à 7000 €
  • chaudière automatique : 7000 à 15000 €
  • cogénérateurs : 10 000 à 20 000 €

 

Il faut bien sûr comparer les rendements, les garanties (qualification RGE, Qualibois) et les services offerts. On estime généralement à 7 ans le retour sur investissement d’une chaudière à bois, pour une durée de vie d’environ 20 ans. Avec ceci il faut compter le fait que la majeur partie de ces équipements sont éligibles aux aides telles que le crédit d’impôt transition énergétique (30% du coût d’achat de l’équipement), la tva réduite (14,5% du coût d’achat de l’équipement), la prime énergie (jusqu’à 2000€), les aides de l’ANAH (jusqu’à 50% du coût d’achat des équipements) les aides locales etc.. Toutes ces aides combinées peuvent monter jusqu’à 60% du coût total de l’investissement.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite en 2 minutes

L’équipe de rédaction