Calculeo
Se connecter

Prix de la chaudière à condensation et astuces pour l’acheter moins cher

Prix d'une chaudière à condensation

Le prix d'une chaudière à condensation va dépendre du besoin en chauffage de votre logement (de la surface du logement et de la température ambiante souhaitée). Bien que son prix soit généralement un peu plus élevé que celui des chaudières classiques, il existe des aides et subventions tels que le crédit d'impôt, les subventions de l’ANAH ou encore la prime énergie qui vous permettront de diminuer significativement le prix de votre chaudière à condensation.

Ma chaudière à condensation, est elle éligible à des subventions

Je veux des exemples de prix pour une chaudière à condensation

Prix d'une Chaudière à Condensation

En matière de performances énergétique les chaudières à condensation ou encore chaudière haute performance ont fait leurs preuves. Même si les différentes études et tests réalisés ne concordent pas forcément, tous s’accordent sur un rendement supérieur à 100 %. Pour autant, il existe de multiples modèles qui varient en taille (puissance de chauffe) et surtout par le type d’énergie qu’elles utilisent. C’est cette énergie, qui va en grande partie déterminer le coût de revient final de l’installation sur le long terme. Aussi avant d’examiner le prix d’achat brut d’une chaudière à condensation, convient-il d’établir un cahier des charges en fonction de ses besoins réels, de ses possibilités financières et des contraintes techniques.

La chaudière à condensation

La différence entre une chaudière normale et un modèle dit à condensation, vient de la récupération de la chaleur résiduelle contenue dans les fumées, avant que celles-ci ne soit évacuées vers l’extérieur. Sur un plan technique, la fumée passe dans une seconde chambre où débouche le retour du circuit de chauffage central. Celui-ci récupère les calories résiduelles de la fumée, avant de passer dans la chambre de chauffe. Ce système entraînant une économie de combustible de l’ordre de 10 à 12 % pour les chaudières à condensation à gaz et de 6 à 8 % pour les chaudières à condensation au fioul. L’échange thermique qui s’effectue dans la seconde chambre, enlève de la vapeur d’eau aux fumées, qui se condense en eau liquide dirigée vers un conduit d’évacuation. D’autre part la température des fumées ayant fortement chuté, celles-ci peuvent être évacuées par une ventouse*. Enfin, le niveau de vapeur résiduelle dans les fumées du combustible (donc potentiellement énergétique), est directement proportionnel à la teneur en hydrogène de ces mêmes combustibles. Celle-ci est de 24 % pour le gaz naturel, de 13 % pour le fioul ou le mazout, de 15 % pour les butane/propane (qui dérivent des hydrocarbures) et de 6 % pour le bois. Ce dernier chiffre explique l’absence quasi totale (un seul constructeur sur le marché) des chaudières à condensation au bois, qui nécessitent une très haute technologie pour être rentables.
*Une ventouse est un conduit vertical ou horizontal (et qui peut donc déboucher en façade) pour l’évacuation des fumées en basse température et débarrassées d’une partie des résidus. Elle ne nécessite pas de ramonage.

Les critères qui vont déterminer le coût final d’une chaudière haute performance

Avant d’envisager un changement ou une primo installation d’une chaudière à condensation, il convient d’effectuer une évaluation de l’état d’isolation du domicile et le cas échéant de procéder aux travaux nécessaires. À défaut, l’on serait obligé d’opter pour un modèle de chaudière nettement plus puissant, avec pour résultat final une envolée des factures d’énergie. Ce postulat étant acquis, plusieurs critères vont influer sur le coût final à long terme.

  • Le choix du type de combustible, examiné plus avant.
  • La configuration du logement. Si celui-ci possède une emprise au sol importante, la puissance de chauffe de la chaudière devra être supérieure à un logement de petite surface au sol, mais possédant un étage. Dans ce dernier cas, les émetteurs de chaleur du rez-de-chaussée peuvent aussi chauffer l’étage (la chaleur s’élève).
  • L’usage qui en est fait. Une chaudière à condensation développe son meilleur rendement à la puissance nominale et en continu. Si le dimensionnement de la puissance a été mal calculé (en général surévalué), le travail de chauffe ne sera plus linéaire et générera d’importants surcouts énergétiques (à l’image d’un véhicule en cycle urbain, par rapport au cycle autoroutier à vitesse stabilisée).
  • Enfin les surcoûts dus aux contraintes techniques. Par exemple la surélévation de la chaudière, pour l’évacuation des condensats (eau). À contrario, l’évacuation des fumées ne nécessite pas de cheminée et peut être faite en façade par une ventouse.

Achat, installation et utilisation

Ce sont là, les trois postes de dépense qui vont déterminer la rentabilité et les gains financiers sur le long terme. Ils vont être définis dans le tableau ci-dessous, en fonction du type d’énergie utilisé.

Coût de revient des chaudières à condensation

Combustible
Prix d'achat*
Installation, main-d’œuvre**
Entretien annuel
Prix de l'énergie et tendance à long terme***

Gaz naturel

Marques: Chaffauteaux, De Dietrich, Frisquet, Viessemann, Saunier Duval, Atlantic...

De
2 000 €
à
6 000 € HT
500 €
à
1 500 € HT
(32 à 65 € ht de l'heure)
Obligatoire : de
95 €
à
200 € HT
(TVA à 5,5%)

7,5

Fioul

Marques: De Dietrich-Oertli, Saint Roch, , Bosch, Domusa...

De

2 500 €
à
8 500 € HT

+

500 €
à
1 800 € HT
pour la cuve

1 000 €
à
3 000 € HT
(32 à 65 € ht de l'heure)
De
95 €
à
200 € HT
(TVA à 5,5%)

7,7

Pellets (bois)

Marque: Ökofen

De

3 000 €
à
20 000 € HT

+

800
à
3 000 € HT
pour les silos (métal, textile ou maçonnerie)

1 000 €
à
3 000 € HT
(32 à 65 € ht de l'heure)
De
95 €
à
200 € HT
(TVA à 5,5%)

6,5

* Variations relatives aux marques, modèles et puissances différents

** Variables en fonction de la configuration des lieux et des travaux à réaliser (la plupart des fournisseurs l'intègrent dans le devis)

*** Prix en centimes d'euro pour 100 kW/h au second semestre 2015. La tendance est tributaire de facteurs géostratégiques et de fiscalité écologique.

Nous n’indiquons pas ici le coût moyen d’installation et de fonctionnement, mais une fourchette de prix. Les situations, toutes différentes, nécessitent impérativement de faire effectuer plusieurs devis, après définition d’un cahier des charges commun pour toutes les entreprises. C’est à cette seule condition que peuvent être faites des comparaisons honnêtes.

En fonction de quels critères choisir sa chaudière?

Le principal va naturellement concerner les disponibilités financières du foyer. Celles-ci doivent prendre en compte les différentes aides accordées dans le cadre des travaux d'économies d’énergie. Une fois définit le budget maximal, plusieurs autres éléments doivent être examinés, pour éviter des surcouts à l’installation comme à l’usage.

  • Le gaz est parfaitement adapté au milieu urbain (appartement), alors que le fioul ou le bois nécessite de l’espace pour le stockage (maison individuelle avec cave ou garage).
  • Les chaudières à condensation à gaz sont actuellement les plus performantes, pour autant que le prix du gaz n’évolue pas à la hausse. Les modèles à bois n’offrent pas d’aussi bonnes performances, mais le prix de la matière première est plus bas et stable sur le long terme (la France possède la plus grande superficie forestière d’Europe).
  • Le dimensionnement de la puissance doit être calculé au plus juste, en tenant compte de la qualité des isolations. En effet, comme il a été spécifié plus haut, s’il y a surévaluation la chaudière ne fonctionnera plus de manière linéaire et à la puissance nominale, entrainant par là même des surcoûts de consommation.

Les aides en 2016

Schématiquement les aides de 2015 ont été reconduites et pour certaines étendues. Concernant les chaudières à condensations au gaz, au fioul et au granulé de bois (pellets), le crédit d’impôt est toujours de 30 % sur l’achat des matériels. Toutes les autres aides, telles que l’Éco-Prêt à Taux Zéro, la TVA réduite à 5,5 %, les aides de l’ANAH ou les aides des collectivités territoriales sont maintenues.

Je calcule le montant de mes aides, pour l’installation d’une chaudière à condensation

#

Calculs récents

Témoignages travaux

Notre ancienne chaudière (classique) nous ayant abandonné, nous avons opté pour une chaudière à condensation. Installation rapide, facilité d'emploi et d'entretien et surtout très silencieuse. La production d'eau chaude est beaucoup plus rapide également dans notre grande maison.
Nous sommes très satisfaits de cette installation, d'autant que nous avons pu bénéficier de la prime énergie.

DIDIER D. Oise (60)

Avis sur Calculeo

1365 personnes ont donné leur avis sur le service Calculeo (note moyenne: 4.2/5)
Note :

j'ai trouvé réponse à toutes mes questions

JEAN MARIE M., Moosch (68)
Note :

J'ignorais l'existence du bonus écologique avant la consulation de votre site.

Jean Claude D., Guéhenno (56)

Les derniers calculs

À Bordeaux
Aides possibles : 3 000 €
À Sarrazac
Aides possibles : 945 €
À Reims
Aides possibles : 336 €

Les avis sur Calculeo

1344 personnes ont donné leur avis sur le service Calculeo (note moyenne: 4,1/5)

Site intéressant car il fait référence et renvoie à des textes officiels ou des informations pertinentes sur les questions que l'on peut se poser. Votre site m'a aidé dans la recherche d'artisans ...
bernard c. - Anglet (64)
Vous avez été rapide dans votre réponse. C'est à moi à compléter le dossier maintenant et le courrier est lent en cette période de l'année.
Charles R. - Meylan (38)
Réponses claires, numéro de téléphone gratuit et disponible, bon site internet
annabelle m. - Voglans (73)